La réussite de la responsabilisation en matière d’accident du travail

images

‘Zéro accident’, telle doit être l’ambition de toute entreprise respectueuse de l’Homme au travail, quel que soit son secteur d’activité.

Nous avons la conviction que tout ce qui est mis en œuvre pour éviter les accidents du travail permettra à terme à chacun – de l’opérationnel de terrain au dirigeant – d’être responsable de sa propre sécurité mais aussi de celle des autres. Il est évident que le développement d’un tel comportement responsable à tous les niveaux n’est possible que parce que tous ont pris conscience des conséquences de l’accident sur l’intégrité physique mais aussi du processus qui conduit à l’accident. Par une vigilance accrue, ils peuvent alors agir en conséquence pour l’éviter.

Comment y parvenir ? Pour nous, autorité managériale affirmée (ou réaffirmée) de l’encadrement et responsabilisation des équipes sont les deux dominantes de cette approche humaine.

Seule la Direction peut porter cette démarche. Cet engagement doit être matérialisé par le fait qu’elle ne délègue pas les gestes managériaux à forte valeur ajoutée : visite sécurité sur le terrain, participation à l’analyse des accidents et communication aux équipes lors d’un accident, par exemple. Epine dorsale de la démarche managériale, la ligne hiérarchique, par son professionnalisme, se doit de jouer un rôle essentiel dans le développement de comportements responsables. De cette manière, l’encadrement a pleinement conscience que l’engagement sécurité est LA priorité. Enfin, il est important qu’un groupe pluridisciplinaire de haut niveau pilote la démarche. S’il intègre bien évidemment des opérationnels et les professionnels de la sécurité, il est aussi impératif que la représentation du personnel y soit associée.

Si nous sommes convaincus que la responsabilité managériale est un élément de la réponse, nous savons qu’elle n’est pas, loin de là, toute la réponse ! La responsabilisation des équipes est fondamentale. Ainsi, chaque équipe se doit d’agir sur le « périmètre » dont elle est « propriétaire » : affichages, routines et pratiques sécurité, analyse des évènements, plan d’actions suivi, etc. Nous voulons aussi souligner que chaque membre de l’équipe, par la conduite de visites sécurité, de chasses aux risques acquiert une nouvelle compétence, celle d’observer des situations puis d’en tirer des enseignements sur les pratiques et comportements responsables à améliorer. Cette compétence est importante et exigeante. Nous avons l’ambition de la voir se développer pour chacun sur un périmètre d’action de plus en plus vaste, sans limite d’expansion : périmètre de l’équipe, atelier/service et usine/entreprise, par exemple.

Nous souhaitons également mettre en avant un point de vigilance sur la posture managériale à développer. La coopération doit toujours être privilégiée. L’accidenté ou le multi-accidenté doit être accompagné par sa hiérarchie dans un plan d’action personnel, « sans chasse aux sorcières » ! En agissant ainsi, le management de l’entreprise, confiant dans la capacité de chacun à changer, génère et entretient la confiance envers une entreprise respectueuse de l’Homme au travail.

Christophe Bourrel,

Directeur Régional Auvergne-Rhône-Alpes Groupe-EI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *