Il faut avoir confiance en toi ! Aie !

 

IC caprh 2016

Je rencontre régulièrement des responsables qui réussissent dans leur métier, ont une belle carrière professionnelle et qui pourtant disent douter d’eux.

Peut-être que vous aussi,

  • Vous sous estimez vos réussites
  • Vous vous dites que c’est une affaire de chance
  • Vous avez l’impression que toute le monde va finir par réaliser que vous n’êtes pas à la hauteur
  • Vous avez la sensation de jouer un rôle
  • Vous doutez de vos qualités
  • Vous avez du mal à citer vos belles réalisations

Vous vous trouver peut-être face au syndrome de l’imposteur ou simplement vous manquez de confiance en vous.  Cet état émotionnel ne peut se résoudre en mettant une injonction du type : « il faut avoir confiance en toi «.

En premier lieu, l’injonction « Il faut » donne comme message au cerveau « obligation, contrainte » et va générer de la résistance voir renforcer votre culpabilité sur le sujet.

Ensuite l’incantation ne donne pas la marche à suivre pour y arriver.

Enfin, même si vous avez une méthode, il vous reste à avoir la motivation suffisante, la clef, le levier pour passer du « je comprends comment faire » au « j’ai mis en place ».

Comment puis-je avancer sur ma confiance en moi ?

  • Accueillir le doute : le doute fait partie de mon humanité, bonne nouvelle ! Quel avantage puis je retirer à me poser des questions ? à ne pas être sûr ?
  • Se faire un cadeau chaque jour : il existe chaque jour, une chose positive, une action dont je suis fier, un compliment que je peux me faire. Je peux aussi, tout simplement, me regarder le matin dans la glace et me dire « Je suis moi et moi c’est bien » . Essayer cela pendant au moins 21 jours consécutifs afin de mettre en place cette routine (et poursuivez).
  • Appuyer sur vos réussites passées: Je retrouve un souvenir agréable, je le visualise, je regarde les détails, je me rappelle les sons, les odeurs, la lumière et je m’imprègne des sensations. Puis chaque fois que des émotions négatives reviennent, je visualise ce bon moment.
  • Dissocier le « je » et le « ils « : Ce qu »ils» pensent leur appartient, et me parle plus d’eux et de leur projection que de moi.
  • Je prends conscience du « petit juge » dans mes pensées. Juste réaliser que vous êtes en train de vous critiquer. Cette prise de conscience est importante. Elle vous montrera que la personne qui vous critique le plus c’est vous même. C’est le bon moment pour le renforcement positif : Utiliser votre image positive souvenir.
  • Savourer vos réussites. A force d’aller vite, à force d’anxiété, je ne prends plus le temps de savourer mes belles réalisations, voire de les partager avec mes proches et ou mes collaborateurs. Je donne le temps au temps.
  • Vous avez des défauts. Bonne nouvelle, vous êtes comme tout le monde et vous êtes humain, c’est rassurant !
  • Pratiquer la méthode des petits pas. Je vais commencer par quelque chose de facile pour avancer dans ma confiance en moi. Quelque chose d’atteignable que je sens bien dans la liste ci-dessus.

 

Et pour terminer, apprenez à savourer chaque pas réussi, il vous donnera la force du suivant.

 

Isabelle Charvin

 Cabinet NEOCOACH Savoie

Premier retour sur l’édition 2016…

p1030972
Mardi 27 septembre, se déroulait la 4ème édition du salon CAP ‘RH, le salon des ressources humaines destinés aux  chefs d’entreprises et responsables RH de nos territoires.
p1040049-2
Le salon a démarré avec une conférence table ronde sur le thème de « l’entreprise de demain, ceux qui ont testé vous en parlent » .
Les invités : Laurent Charles de la Societé Enalean, Thierry Perrier de la Societé Guichon Valves, Frédéric Giroir de la Socité Allibert Trekking
sont venus partager leur conviction, leurs projets tout en donnant des exemples concrets d’ innovations managériales mises en place ( recrutement par les collaborateurs, météo sociale mensuelle, la retrospective des bisounours, les profils atypiques, les innovations RSE).
Plus que jamais, les femmes et les hommes sont au coeur des entreprises qui veulent donner, redonner du sens et du bon sens dans un monde en permanente mutation et à  la recherche de repères .
Plus de 70 personnes sont venus écouter nos 3 chefs d’entreprises.
A la suite de cette conférence, 6 ateliers pratiques ont  rythmé cette matinée .
Rendez vous l’année prochaine…..

Remettre de la symbolique et du réel pour gérer un conflit

 

sea-black-and-white-flight-sky-2

Lorsqu’un conflit s’installe dans une équipe, une organisation,une entreprise, il y a de fortes chances qu’un déséquilibre se soit instauré entre la Réalité, l’Imaginaire et la Symbolique de l’entité (le RSI).

La Réalité ce sont les faits, les éléments objectifs, les chiffres, le non « contestable » objectif, le fonctionnement, les processus… Le problème que nous rencontrons avec la « Réalité » c’est que nous la vivons toujours sur le mode du ressenti et que ce ressenti est toujours sous la pression de « l’Imaginaire ».

L’imaginaire ce sont nos perceptions, nos représentations, nos projections, notre capacité d’innovation et de création. Il a besoin des limites que lui impose le «Symbolique ».

Le Symbolique est  ce qui permet de relier les choses entre elles et de donner une place au sens : les valeurs, les codes, l’éthique, la responsabilité, la prise de décisions, les règles, les rôles et les statuts…

Lorsque l’Imaginaire prend une place plus importante que la Réalité et le Symbolique,  nous faisons face à des fantasmes ( on croit que, on projette que..) à l’amplification des mythes, à la réduction des rituels ( prendre le café ensemble, créer des espaces de respiration..) et à la perte de sens et de cohérence. Il faut alors remettre du factuel , faire s’exprimer les peurs et les représentations,  les démystifier et remettre du sens dans l’entité.

Et voilà, nous en revenons toujours à la quête de sens. Vous viendrait il l’idée de suivre un GPS dans lequel vous n’avez pas entré de destination ?  Je vous laisse y réfléchir.

Isabelle Charvin

Cabinet NEOCOACH

Référence bibliographique : Quand le travail rend fou…..Pour que ça change de Huber,Karli et Lujan

Sens et sans

IMG_1323

Vous avez remarqué comme il fallait que tout ait du sens ? Sans rire on est obligé ?

J’ai commencé par avoir le sens du rythme mais très vite j’ai compris que pour être musicien ou chanteur ce serait trop juste : ça n’a pas de sens ! Je suis resté sans voix !

Au cours de ma formation je devais trouver du sens, mes parents voulaient Lire la suite de « Sens et sans »

Toutes les entreprises doivent-elles se doter d’un salarié compétent en santé et sécurité au travail ?

Oui.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi n° 2011-867 du 20 juillet 2011 et son décret d’application n° 2012-135 du 30 janvier 2012, la désignation par l’employeur d’un ou plusieurs salariés compétents pour prendre en charge la démarche de prévention des risques professionnels de l’entreprise est obligatoire, quelle que soit la taille de l’entreprise (code du travail art. L.4644-1 et R.4644-1). Lire la suite de « Toutes les entreprises doivent-elles se doter d’un salarié compétent en santé et sécurité au travail ? »